La tendinite de la coiffe des rotateurs est aussi appelée la tendinopathie. Elle concerne les tendinites de l'épaule. La TCR est une tendinite due à un problème mécanique ou dégénératif. Cet état douloureu peut venir d'un surmenage lors d'une pratique sportive intensive ou d'un travail manuel sollicitant d'une façon importante le bras et l'épaule. Le Ministère de la santé reconnait la TCR comme maladie professionnelle par le tableau 57 du régime général de la sécurité sociale.

Une pathologie touchant l'épaule

La compréhension de cette pathologie peut s'éclaircir en observant la situation musculaire de l'épaule. Lorsqu'il y a tendinite, le tendon est endommagé par une lésion ou une dégénérescence voire un traumatisme. Ces tendons sont situés sur la coiffe des rotateurs entre la tête de l'humérus et l'acromion ou continuité de l'omoplate sur le dessus de l'épaule. La douleur est favorisée après 40 ans et on ne peut plus lever le bras ni effectuer des mouvements de rotation. Un traumatisme qui entraîne des frottements répétés et qui donnent naissance à un bec osseux sous l'acromion. La conséquence est la rupture du tendon. Le résultat est certes une tendinite à l'épaule mais à long terme une impossibilité de lever le bras et une arthrose de l'épaule irrémédiable est inévitable.

Source de la tendinite de la coiffe des rotateurs

Les traumatismes même minimes peuvent être la source de ce type de défaut de mobilité. On observe 3 stades cliniques qui sont les coincements avec un patient pouvant mouvoir son bras mais certains mouvements coincent et ne vont pas jusqu'au bout. Le second stade est la dégénérescence. Des douleurs surviennent pendant le sommeil avec les rotateurs qui commencent à être douloureux. Enfin le troisième niveau est la rupture partielle ou totale de la coiffe des rotateurs qui est souvent due à une chute ou un soulèvement excessif. En général ce niveau est atteint chez les personnes âgées.

Les symptômes de la tendinopathie

Au niveau des symptômes nous avons par exemple une épaule douloureuse et une impossibilité de faire sans gêne tous les mouvements d'élévation et de rotation avec le bras. La mobilité de l'épaule sera examinée par le médecin ainsi que la tuméfaction de l'épaule, une anomalie possible du relief osseux ou une amyotrophie apparente. Ces éléments sont significatifs d'une tendinite. L'épaule peut donc être douloureuse sans plus. Elle peut être pseudo-paralytique. Elle peut enfin être gelée ou hyperalgique.

Une pathologie reconnue comme maladie professionnelle

Il est possible de faire reconnaître cette pathologie qui peut empêcher un professionnel d'exercer un métier. Dans le cas précis où le handicap réduit les compétences du professionnel, il peut prétendre à une reconnaissance comme maladie professionnelle. Les détails des remboursements sont inscrits et actualisés dans le tableau 57 du régime de la sécurité sociale.

Les traitements possibles

Selon le stade avancé de la pathologie, le médecin pratiquera divers traitements correspondant aux niveaux de douleurs. Pour une douleur simple l'association d'antalgiques et d'anti-inflammatoires avec un protecteur gastrique semble être d'une grande efficacité. Au stade de la rupture, une intervention chirurgicale est nécessaire. On peut la pratiquer à ciel ouvert ou utiliser la méthode de l'arthroscopie. Cette dernière consiste à replacer les tendons sur l'humérus par des petites ancres. Le chirurgien intervient à l'aide d'une caméra introduite dans l'épaule par une incision de 1 cm seulement.